Auteur, Auteur à Pratiques Collaboratives

Tous les articles par dans Auteur

BPM

Définition du BPM

BPM est le sigle de Business Process Management qui signifie en français Gestion des Processus Métiers. 

BPM
Gillot, J.-N. (2007). La gestion des processus métiers. Page 19

Origine

BPM
Gillot, J.-N. (2007). La gestion des processus métiers. Page 24

Sélection de livres qui traite le BPM

La gestion des processus métiers Broché – 1 janvier 2007

Bpm gestion des processus métiers

Guide de la gestion des processus: BPM CBOK® V3 amélioré au niveau européen et traduit par les membres du Club des Pilotes de Processus. Relookage. Broché – 1 juillet 2016

Guide BPM

Processus métiers et systèmes d’information Broché – 24 août 2006

Base bibliographique

  • Brandenburg, H., & Wojtyna, J.-P. (2011). L’approche processus: Mode d’emploi. Editions Eyrolles.
  • Briol, patrice. (2008). Les Fondements de l’Architecture d’Entreprise – Ingénierie de l’organisation. Patrice Briol.
  • Briol, P. (2008). Ingenierie Des Processus Metiers, de L’Elaboration A L’Exploitation. Lulu.com.
  • Briol, P. (2014). BPMS – L’automatisation des processus métiers. Lulu.com.
  • Caseau, Y. (2011). Processus et Entreprise 2.0: Innover par la collaboration et le Lean management. Dunod.
  • Gillot, J.-N. (2007). La gestion des processus métiers. Lulu.com.
  • Godart, C., & Perrin, O. (2009). Les processus métiers: concepts, modèles et systèmes. Hermes Science Publications.
  • Meziani, R. (2012). Etudes et conception: vers une nouvelle approche agile et sociale de gestion de processus métiers.
  • Morley, C., Gillette, Y., & Bia-Figueiredo, M. (2011). Processus métiers et S.I. – 3e éd.: Gouvernance, management, modélisation. Dunod.
  • Raquin, M., & Morley-pegge, H. (2013). Piloter par les processus: La meilleure méthode pour transformer l’entreprise et accroître ses résultats. Maxima.
  • Régnier-Pécastaing, F., Gabassi, M., & Finet, J. (2008). MDM: Enjeux et méthodes de la gestion des données. Dunod.
  • Schael, T. (1997). Théorie et Pratique du Workflow: Des processus métier renouvelés. Springer Science & Business Media.

Workflow

Définition du workflow

Le mot workflow vient de l’anglais et désigne “flux de travaux” (traduction littérale). Il est apparu dans les années 1980 pour automatiser et rationaliser la gestion des procédures administratives (Schael, 1997). Ainsi, un flux de travaux est un outil de gestion et d’automatisation d’un système de production à travers la description du circuit de traitement, la répartition des taches, le rôle des acteurs…etc. Il s’agit enfin d’une modélisation des processus de production dans une entreprise.

workflow définition
Représentation des processus de traitement de l’information dans une entreprise

Evolution

L’apparition de la conception “workflowiste” répond en effet aux besoins d’efficacité et d’adaptation aux évolutions économiques et technologiques de la société. Par exemple, “Les entreprises modernes doivent faire preuve de capacités d’adaptation très importantes et d’une pratique du management et de l’organisation aussi souple que durable dans le temps” (Schael, 1997).

Par ailleurs, l’émergence du management collaboratif, des pratiques et des outils collaboratifs ont considérablement contribué et facilité le développement du flux de travail. Ainsi, ce dernier est passé de l’automatisation des taches routinières à aux approches participatives et collaboratives.

flux de travaux
Source : Schael 1997

Livres en français

  • Bouzguenda, L. (2006). Coordination multi-agents pour le Workflow Inter-Organisationnel lâche.
  • Couderc, C. (2016). Créer des Flux de Travail Pour les Sites SharePoint 2013: Concepts et Travaux Pratiques. Independently Published.
  • Gestion des Flux D’Informations: Workflow. (s. d.). Ed. Techniques Ingénieur. 
  • Hachicha, R. (2007). Modélisation et analyse de la flexibilité dans les systèmes workflow.
  • Schael, T. (1997). Théorie et Pratique du Workflow: Des processus métier renouvelés. Springer Science & Business Media. 
  • Zefouni, S. (2012). Aide à la conception de workflows personnalisés: application à la prise en charge à domicile.

En résumé, le workflow est un outil de gestion des procédures administratives.

Lire aussi “management collaboratif“.

La collaboration et ses synonymes

Le mot collaboration a-t-il un synonyme ? 

Il n’existe pas de synonyme parfait du mot collaboration du fait de la complexité de la définition même de la collaboration. En effet, cette dernière est le résultat d’opérations multiples : communication, coordination et production (voir la définition précise ici). On peut ainsi considérer que tous ces mots peuvent exprimer partiellement le sens de la collaboration. 

Synonymes du mot collaboration

Le mot “coopération” est le synonyme commun le plus pertinent que donnent les dictionnaires à la collaboration. Les mots “participation”, “contribution”, “concours”, etc., sont aussi des synonymes qui reviennent régulièrement. L’image ci-dessous présente la liste des synonymes qu’attribue le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales au mot “collaboration”.

collaboration synonyme
Collaboration synonyme

Les synonymes les plus pertinents du mot collaboration

Des mots composés ont été créés avec le préfixe “co-” pour signifier le caractère “collectif ” (production à plusieurs) du mot collaboration. Ce caractère constitue l’essence même du mot. Parmi les synonymes les plus pertinents et fiables de la “collaboration” :

1. Co-élaboration

La co-élaboration est l’élaboration collective d’une chose. Le mot “collaboration” semble même avoir été composé à partir de ces deux mots “co” et “élaboration”. 

2. Co-production

La production est l’une des dimensions fondamentales de la collaboration. On lui associant le préfixe “co”, elle devient un synonyme proche du sens de la collaboration.

3. Coopération

Dans l’usage ordinaire, la coopération exprime le sens de la collaboration. C’est même l’un de ses synonymes les plus pertinents. En revanche, sur le plan conceptuel, les deux mots présentent plusieurs différences, au point de faire d’eux des antinomies. En résumé, le travail collaboratif repose sur la fusion des efforts personnels dans la réalisation d’une tâche, oeuvre…etc. Le travail coopératif consiste à se répartir les taches et à additionner les parties individuelles pour en faire une oeuvre. 

D’autres mots composés comme co-réalisation, co-construction et co-accomplissement sont aussi des synonymes du mot “collaboration”.

LMS (Système de gestion de l’apprentissage)

Définition du LMS

Un LMS est tout simplement un logiciel permettant la mise en ligne et la gestion de formations dispensées généralement à distance où de façon hybride (en présentiel et à distance). On parle ainsi de classes virtuelles, e-learning, e-formation, ENT (environnement numérique de travail), cours en ligne, plateformes collaboratives…etc.

lms

Ce sigle nous vient des anglosaxons est désigne learning management system (LMS). Traduction en français : Système de gestion de l’apprentissage.

Fonctionnalités d’un LMS

Accessibilité des contenus

L’avantage d’une plateforme e-learning est la disponibilité des cours et des ressources mis en ligne. Ainsi, les apprenants peuvent y accéder quand ils veulent tant que la session de formation est en cours. Par ailleurs, ils disposent tous des mêmes contenus et consignes ; ce qui leur garantit un accès égalitaire.

Interactivité de l’environnement

Les plateformes d’apprentissage en ligne sont généralement équipées de différentes fonctionnalités d’interaction : chat, messagerie, forum… etc. Les étudiants peuvent y interagir sans contraintes temporelles (contrairement aux cours classiques en présentiel).

Diversité des ressources

Il existe une diversité de ressources sur les espaces virtuels de formation : cours numériques, cours filmés, quiz, etc.

Facilité de collaboration

Le travail collaboratif est l’un des aspects le plus travaillé des plateformes el-learning. Cette dimension sociale de l’apprentissage est mise en avant à travers des interfaces plus intuitives en matière d’échanges, de partages, de co-élaboration et de co-réalisation de travaux.

Rapports et suivi

Les formateurs disposent d’outils de suivi des absences et de l’implication des étudiants. Ils ont également la facilité d’accès à leurs profils et à toutes les informations pouvant optimiser leur apprentissage.

Accès aux traces

Les administrateurs des plateforme d’apprentissage exploitent les traces soit à des fins de recherche, soit à des fin commerciales. Cette utilisation des données de navigation sur un lms est soumise à une charte dont les tous les utilisateurs prennent connaissance dès leur inscription.

Les LMS les plus populaires

plateforme educative virtuelle moodle
Plateforme Moodle
lms
Plateforme Totara
easy lms
Plateforme EasyLMS

Outil collaboratif

1. Définition des “outils collaboratifs”

Qu’est-ce qu’un outil collaboratif ?

L’expression ” outil collaboratif ” (utilisée davantage au pluriel “outils collaboratifs” ou encore “outils de travail collaboratif”) fait référence à une multitude d’outils numériques (applications, fonctionnalités, modules, sites, serveurs, plateformes, etc.) de communication, de coordination, de production et de partage d’informations et de données au sein d’une communauté de pratique (membres d’une association, salariés d’une entreprise, élèves d’une classe, etc.).

Sornet (2012) définit les outils collaboratifs comme  “des systèmes qui permettent à plusieurs personnes de travailler ensemble à distance en communiquant, en partageant des documents et en coordonnant leurs actions. Ils regroupent une palette d’outils accessibles par un portail : messagerie, agenda partagé, visioconférence, gestion des flux (lire cet article workfolow), gestion électronique de documents (GED) “.

Dans une acception plus large, il s’agit de tout outil (numérique ou pas) permettant le travail à plusieurs sur le même projet. Aujourd’hui, l’expression “outils collaboratifs” fait davantage référence aux fonctionnalités d’interaction et d’échange des plateformes de formation en ligne (appelées également “environnements numériques de travail – ENT).

Qu’est-ce que le travail collaboratif ?

Le travail collaboratif est une forme de travail de groupe qui repose sur un certain nombres de principes et de conditions, notamment le partage, la confrontation et la fusion des productions individuelles. Il désigne “un travail de groupe dont les membres mutualisent leurs compétences et coordonnent leurs actions en vue de produire une œuvre commune” (Albertini-Lomellini et al., 2012).

Le travail collaboratif est opposé au travail individuel, mais aussi au travail coopératif. Ce dernier constitue une forme de travail de groupe, mais se distingue du travail collaboratif par le fait que les membres du groupe travaillent sur des taches indépendantes sous une responsabilité collective.

2. Exemples d’outils collaboratifs

1. Google Agenda : la coordination collaborative

L’agenda de Google est l’un des outils collaboratifs le plus célèbre. Il doit sa popularité à sa simplicité et sa gratuité. Il permet de partager son agenda et son planning avec les membres de son groupe. Il est ainsi un outil collaboratif de coordination pratique et efficace.

outil collaboratif google
Agenda collaboratif Google

2. Framapad : l’écriture collaborative

Framapad est un outil collaboratif de traitement de texte qui permet l’écriture à plusieurs sur le même document. La distinction des contributions se fait par la couleur. C’est un outil gratuit et simple à utiliser. Il est pertinent pour la réalisation de travaux de groupe en mode asynchrone.

outil collaboratif production
Framapad : outil collaboratif open source d’écriture collaborative

3. GoTalk : le tchat collaboratif

GoTalk est une plateforme de tchat collaboratif gratuit qui se distingue par sa simplicité d’utilisation (pas besoin d’identification ni d’inscription ou de téléchargement). C’est un outil collaboratif idéal pour la vidéoconférence synchrone.

Gotalk.to : outil collaboratif pour réunion vidéo

4. Doodle : l’organisation collaborative

Doodle est un outil collaboratif d’organisation et de planification de réunion de groupe. C’est un outil rapide, simple et gratuit. Il suffit de s’inscrire, créer un événement, planifier sa date et son horaire, envoyer le lien au participants qui le remplissent selon leurs disponibilités (image ci-dessous).

outil collaboratif open source
Doodle : outil collaboratif gratuit d’organisation de réunions

5. Google Drive : le stockage collaboratif

Pour partager des fichiers, documents, images, etc., de façon collaborative, Google Drive est l’une des meilleures solutions. Le principe est simple : il suffit d’avoir un compte gmail pour pouvoir utiliser gratuitement le service. Vous disposez alors d’un espace de 15 go dans lequel vous pouvez déposer des fichiers et les partagez selon vos préférences.

outil collaboratif google drive
Outil collaboratif Google Drive

3. Catégories d’outil collaboratif

3.1. Outils de communication

Le forum

Le forum est un outil collaboratif qui fait référence aux sites et plateformes de discussion et d’échange asynchrones (en différé). Il fonctionne selon un système de questions/réponses alimenté et enrichi par les membres et les visiteurs.

La newsletter

La newsletter ou la liste de diffusion est un mode de communication automatique. Elle repose sur la réception de journaux d’informations par email en provenance de sites auxquels un utilisateur s’abonne.  

Le chat

Contrairement au forum, le chat désigne l’ensemble des services et plateformes de discussion et d’échange instantanés (synchrone).  Le chat existe en trois modes : textuel (sms), verbal (voip) et audiovisuel (messenger). 

Les réseaux sociaux

Ces réseaux regroupent en effet les fonctionnalités de l’ensemble des outils de communication mentionnés ci-dessus. Parmi les plus célèbres : Facebook, Twitter, etc.

3.2. Outils de collaboration

Les bureaux virtuels

Les bureaux virtuels ou les plateformes collaboratives sont des espaces de travail collaboratif tels que les ENT (environnement numérique de travail) et les compte numériques personnels d’entreprise ou autre. Ils permettent la mutualisation d’informations et de compétences (agenda collaboratif, ressources communes, travaux collectif, etc.)

Les classes virtuelles

Les classes virtuelles sont généralement un module des bureaux virtuels. Elles permettent de suivre et d’assister un cours en ligne à travers une plateforme de formation académique ou autre. Les classes virtuelles peuvent être uniquement “audio”, comme elles peuvent être “audio-visuelles”. Parmi les plus célèbres “Moodle”.

L’édition et l’écriture collaboratives

L’édition de contenu et l’écriture à plusieurs est l’un des domaines révolutionnés par les technologies collaboratives. Parmi les logiciels et les outils les plus connus : les wikis (comme wikipédia qui se classe aujourd’hui en tête des résultats dans la majorité recherches effectuées sur internet), 

3.3. Outils de recherche

Les moteurs de recherche

Les moteurs de recherche sont des logiciels de référencement et d’indexation de bases de données virtuelles qui permettent la recherche d’information parmi des quantités gigantesques de contenu et de bibliothèques.

Les annuaires et les catalogues

Ils constituent une forme de moteurs de recherche. Ce sont des bases de données dans des domaines spécifiques (académique, scientifiques, etc.) comme les bibliothèques, les établissements publics, etc.

outil collaboratif
Catégorie d’usage des outils collaboratifs

4. L’apprentissage collaboratif

Les outils collaboratifs sont particulièrement diffusé dans le milieu éducatif, où le travail collaboratif constitue une tendance méthodologique au regard de ses vertus pédagogiques. On parle alors d’apprentissage collaboratif pour designer un mode d’apprentissage centré sur les interactions entre les pairs (Johnson et Johnson, 1998).

L’apprentissage collaboratif puise ses origines dans le constructivisme (Piaget) et le socioconstructivisme (Vygotsky) qui accordent une place capitale aux interactions sociales d’apprentissage. Cette conception rompt notamment avec le mode magistral classique dit transmissif. Elle se distingue aussi de la vision béhavioriste compétitive de l’interaction.

outil collaboratif
Outils collaboratifs éducatifs

5. Base bibliographique

Botsman, R., & Rogers, R. (2011). What’s mine is yours: how collaborative consumption is changing the way we live.
Buffa, M. (2008). Du Web aux wikis: une histoire des outils collaboratifs. Interstices.
Chaptal, A. (2009). Rhapsodie sur la collaboration: Le travail collaboratif. Les dossiers de l’ingénierie éducative, 65, 88–90.
Cohendet, P., Guittard, C., & Schenk, E. (2007). Adoption d’outils TIC dans un contexte hiérarchique. Revue française de gestion, (3), 159–170.
Cram, D., Jouvin, D., & Mille, A. (2007). Visualisation interactive de traces et réflexivité: application à l’EIAH collaboratif synchrone eMédiathèque. Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation, 14(1), 491–530.
D’Amours, F., D’Amours, S., & Frayret, J. M. (2004). Collaboration et outils collaboratifs pour la PME Manufacturière. CEFRIO technical report.
Dyke, G., & Lund, K. (2007). Implications d’un modèle de coopération pour la conception d’outils collaboratifs. In Echanger pour apprendre en ligne (EPAL) (p. Consulté–le). Université de Grenoble.
Frayret, J. M., D’Amours, F., & D’Amours, S. (2003). Collaboration et outils collaboratifs pour la PME manufacturière, Rapport du projet CEFRIO.
Frayret, J.-M., D’Amours, F., & D’Amours, S. (2003). Collaboration et outils collaboratifs pour la PME manufacturière. Cerfio, Telus.
Gangloff-Ziegler, C. (2009). Les freins au travail collaboratif. Marché et organisations, (3), 95–112.
Guesmi, S., & Rallet, A. (2012). Web 2.0 et outils de coordination décentralisée. Revue française de gestion, (5), 139–151.
Metzger, J.-L., & Cléach, O. (2004). Le télétravail des cadres: entre suractivité et apprentissage de nouvelles temporalités. Sociologie du travail, 46(4), 433–450.
Michel, B. (2008). Du web aux wikis: Une histoire des outils collaboratifs. En ligne.
Minel, S. (2003). DEMARCHE DE CONCEPTION COLLABORATIVE ET PROPOSITION D’OUTILS DE TRANSFERT DE DONNEES METIER: Application à un produit mécanique” le siège d’automobile”. (PhD Thesis). Arts et Métiers ParisTech.
Ologeanu-Taddei, R., Fallery, B., Oiry, E., & Tchobanian, R. (2014). Usages des outils collaboratifs: le rôle des formes organisationnelles et des politiques de ressources humaines. Management & Avenir, (1), 177–191.
Paun, F., & Richard, P. (2009). Rôle des outil collaboratif dans la réduction et la compensation des asymétries relatives au processus de transfert de technologie; étude de cas sur la nouvelle politique Onera–PME. Marché et organisations, (3), 59–94.
Simonian, S., Ravestein, J., & Audran, J. (2006). Conditions didactiques de la transformation d’une liste de diffusion en outil collaboratif. Distances et savoirs, 4(4), 513–526.
Six, N. (2002). Les catégories d’outils collaboratifs. Journal du Net, 28.
Terrin, J.-J. (2009). Conception collaborative pour innover en architecture: processus, méthodes, outils. Editions L’Harmattan.
Veillard, L., Tiberghien, A., & Vince, J. (2011). Analyse d’une activité de conception collaborative de ressources pour l’enseignement de la physique et la formation des professeurs. Le rôle de théories ou outils spécifiques. Activités, 8(8‑2).

Pour lire davantage sur les outils collaboratifs, vous pouvez lire ces quelques livres :
La Boîte à outils de l’intelligence collective.
La MEGA boîte à outils du Digital en entreprise.

Travail collaboratif

Définitions du travail collaboratif

Le travail collaboratif « est une manière de travailler entre plusieurs personnes qui mettent en commun leurs ressources et partagent le plus efficacement possible les informations et les actions à conduire pour mener à bien un projet. » (Dhénin et al., 2004) – Management de l’équipe commerciale.

L’expression « travail collaboratif » « désigne un travail de groupe dont les membres mutualisent leurs compétences et coordonnent leurs actions en vue de produire une œuvre commune. » (Albertini-Lomellini et al. 2010) – Assistant de gestion PME-PMI – 9ème édition.

En résumé, le travail collaboratif désigne, en des termes simples, le travail de groupe, le travail d’équipe, le travail en commun, le travail partagé…etc. Il fait référence à une organisation spécifique du travail qui n’est plus fondée sur les rapports hiérarchiques classiques.

Exemples de travail collaboratif

1. Conception d’une maison

Dans le cadre de la conception d’une maison, un groupe d’étudiants réalisent un plan architectural idéal au regard d’exigences et d’attentes relatives à une situation donnée. Afin que le travail de ces derniers soient collaboratif, ils doivent concevoir chacun un plan en se servant des mêmes données. A la fin de cette première étape, les différents plans conçus seront confrontés et fusionnés en un seul.

2. Identification d’une panne mécanique

Un groupe de collègues mécaniciens procèdent à la réparation d’une voiture dont ils ignorent la pannes. La logique collaborative veut que chacun des trois intervenants procède au diagnostic des mêmes systèmes concernés par la panne, et non pas que chacun analyse une partie indépendante.

Travail collaboratif et travail coopératif

Baron et Bruillard (2009) dans “Travail et apprentissage collaboratifs dans l’enseignement supérieur : opinions, réalités et perspectives” citent : “Des auteurs comme Dillenbourg (1999) ont établi une distinction entre travail coopératif et collaboratif. Pour aller vite, dans le premier, la division du travail aurait une nature inégale, tandis que la collaboration serait une forme de coopération où les différents collaborateurs ont des rôles similaires dans la conceptualisation des tâches et dans l’intervention commune. La division du travail horizontale y serait instable tandis que la coopération serait fondée sur une division du travail rendue explicite dès le départ. Il y aurait également une forme de symétrie (les membres ont le même statut social et peuvent accomplir les mêmes actions)“.

Ainsi, les spécialistes de l’apprentissage et des théories de l’activité font une nette distinction entre le travail collaboratif et le travail coopératif. Bien que ces deux derniers semblent synonymes. En effet, ces deux notions ont des points communs et des points de divergences.

Points communs

  • construction collective
  • travail d’équuipe
  • répartition des taches

Points de divergence

  • fusion (travail-collaboratif) et association (travail collectif) des parties
  • responsabilité individuelle (travail-collaboratif) et responsabilité collective (travail coopératif)
  • confrontation d’idées (travail-collaboratif) et montage passif (travail coopératif)
travail collaboratif travail coopératif
Différence entre les démarches coopérative et collaborative

En conclusion, le travail collaboratif est un mode de travail de groupe fondé la co-construction et la confrontation des points de vue et des visions de tous les membres. 

Base bibiolgraphique

  • Albertini-Lomellini, C., Caussin, C., Fernandez, F., Lozato, M., Petitjean, M., Sadarnac, A., & Sornet, J. (2012). Assistant de gestion PME-PMI – 10e édition: en 110 fiches. Dunod.
  • Albertini-Lomellini, C., Caussin, C., Lozato, M., Petitjean, M., Sadarnac, A., & Sornet, J. (2010). Assistant de gestion PME-PMI – 9ème édition: en 113 fiches. Dunod.
  • Balmisse, G., & Meingan, D. (2015). Déployer un réseau social d’entreprise: Mettre en place et faire vivre un RSE. Dunod.
  • Collectif. (2009). le travail collaboratif pour les nuls. Wiley.
  • Corriveau, L., Letor, C., & Bagnoud, D. P. (2010). Travailler ensemble dans les établissements scolaires et de formation: Processus, stratégies, paradoxes. De Boeck Supérieur.
  • Depover (2011). L’awareness: un outil de suivi de l’apprentissage collaboratif: Analyse de son usage et de ses effets dans un environnement numérique de travail by Ga??tan Temperman (2011-03-25)
  • Dhénin, J.-F. (2004). Informatique commerciale. Editions Bréal.
  • Dhénin, J.-F., Azmani, S., Berry, P., & Hallouin, M. (2004). Management de l’équipe commerciale. Editions Bréal.
  • Fustec, J.-F. (2007). InfoPath 2007: optimisez le travail-collaboratif. Editions ENI.
  • FUSTEC, J.-F. (2017). Mettre en place et piloter un intranet avec SharePoint 2016 – Travail collaboratif, gestion documentaire et publication. Editions ENI.
  • Gris, M. (2011). Microsoft SharePoint 2010 : l’environnement de travail-collaboratif. Editions ENI.
  • Gris, M. (2014). Microsoft® Sharepoint 2013: l’environnement de travail-collaboratif. Éd. ENI.
  • Jerôme, D., & Christian, B. (2011). L’ergonomie des objets et des environnements physiques et numériques. Lavoisier.
  • Large, D. (2009). Travail collaboratif: concepts et outils. Harigué.
  • Letor, C. (2009). Comment travailler en équipe dans les établissements scolaires ?: Guide pratique à l’usage des enseignants, des responsables pédagogiques, des directeurs d’écoles. De Boeck Supérieur.
  • Levan, S. K. (2004). Travail collaboratif sur Internet: concepts, méthodes et pratiques des plateaux projet. Vuibert.
  • Levan, S. K. (2016). Management et collaboration BIM: Management, organisation, processus et travail collaboratif en mode projet BIM. Editions Eyrolles.
  • Maniez, D. (2009). Préparer et réussir le C2i niveau 1. Dunod.
  • Maniez, D. (2012). Préparer et réussir le C2i2e. Dunod.
  • Martinez, A. (2018). Trois clefs pour se libérer dans l’entreprise: Un ego confiant, une conscience élevée, un leadership modulable. Independently published.
  • Ménascé, D. (2017). La France du bon coin: Le micro-entrepreneuriat à l’heure de l’économie collaborative. Paris: Iggybook.
  • Meyer, J.-C. (2017). Le travail collaboratif des enseignants : Pourquoi ? Comment ?: Travailler en équipe au collège et au lycée. ESF Editeur.
  • Prod’homme, G. (2009). S’affirmer sans s’imposer: gérer les conflits, favoriser le travail collaboratif. Dunod.
  • Roux, S. L. (2009). Le travail collaboratif: Une innovation générique. Editions L’Harmattan.
  • Soutenain, J.-F., Delzenne, N., & Burlaud, A. (2017). DCG 8 – Systèmes d’information de gestion Manuel et applications.
  • Foucher.
    Superczynski, G. (2011). Alfresco 3.4: Travail collaboratif et GED avec la plate-forme Share. Editions ENI.
  • Travaux pratiques avec Excel 2007 et 2010 – Fonctions avancées: Fonctions avancées : traitement des données, travail collaboratif, Windows Live SkyDrive, VBA. (2012).

L’awareness: un outil de suivi de l’apprentissage collaboratif: Analyse de son usage et de ses effets dans un environnement numérique de travail by Ga??tan Temperman (2011-03-25)

Plateforme collaborative

Qu’est-ce qu’une plateforme collaborative ?

L’expression “plateforme collaborative” fait référence à une diversité d’espaces virtuels permettant le travail individuel et collaboratif (à plusieurs sur le même sujet). Ces espaces disposent généralement de nombreux outils et fonctionnalités : messagerie, forum, chat…etc.

Plateforme collaborative moodle
La plateforme d’enseignement apprentissage Moodle

Les plateformes collaboratives sont généralement associées aux domaines de la formation, de l’apprentissage et de l’enseignement. Elles sont par ailleurs synonymes d’ENT (environnement numérique de travail) et de plateforme E-learning. La plupart des organismes de formation formels et informels proposent aux formateurs et aux apprenants un accès personnalisé à ces plateformes. On peut y trouver par exemple : des cours, des relevés de notes, l’emploi du temps…etc.

Sur le plan professionnel, la formation à distance en ligne (via des plateformes collaboratives) a connu un grand succès. La plupart des sociétés et des entreprises mettent en place, dans le cadre d’initiation ou du perfectionnement des compétences de leurs salariés, des espaces virtuels de formation et d’accompagnement.

Références sur les plateformes collaboratives

  • Atsou, Stephan, et Pascal Balancier. L’e-learning, une solution pour votre entreprise ! Edipro, 2009.
  • Clark, Ruth C., et Richard E. Mayer. E-Learning and the Science of Instruction: Proven Guidelines for Consumers and Designers of Multimedia Learning. John Wiley & Sons, 2016.
  • Freitas, Sara de, et Jill Jameson. E-Learning Reader. A&C Black, 2012.
  • Garrison, D. Randy. E-Learning in the 21st Century: A Framework for Research and Practice. Taylor & Francis, 2011.
  • Henri, France, et Karin Lundgren-Cayrol. Apprentissage Collaboratif à Distance: Pour Comprendre et Concevoir les Environnements D’Apprentissage Virtuels. PUQ, 2001.
  • Horton, William. E-Learning by Design. John Wiley & Sons, 2011.
    Millerand, Florence, Serge Proulx, et Julien Rueff. Web Social: Mutation de la Communication. PUQ, 2010.
  • Paquette, Gilbert. L’ Ingénierie Pédagogique: Pour Construire l’Apprentissage en Réseau. PUQ, 2002.
  • Prat, Marie. E-learning, réussir un projet: pédagogie, méthodes et outils de conception, déploiement, évaluation. Editions ENI, 2008.
  • Rosenberg, Marc J. E-Learning: Strategies for Delivering Knowledge in the Digital Age. McGraw Hill Professional, 2000.
  • Rossen, Elisabeth, et Darin Hartley. Basics of E-Learning. American Society for Training and Development, 2001.
  • Vergnas, Olivier Las, et Collectif. Le e-learning informel?: Des apprentissages diffus, noyés dans la participation en ligne. Archives contemporaines, 2017.
  • Wallet, Jacques. Le campus numérique FORSE: analyses et témoignages. Publication Univ Rouen Havre, 2007.
  • Watkins, Ryan, et Michael Corry. E-Learning Companion: Student’s Guide to Online Success. Cengage Learning, 2013.

Pour consulter davantage d’ouvrage sur “plateforme collaborative”, vous pouvez visiter la librairie de Google en cliquant sur ce lien.

Management collaboratif

Définition du management collaboratif

Le management collaboratif est une nouvelle forme d’organisation du travail révolutionnant les visions traditionnelles « le management collaboratif, c’est de la dynamite dans le modèle d’organisation actuel des entreprises » Serge Levan.

Il repose sur la trilogie collaborative ” communication, coordination et coopération” afin d’optimiser les transferts et les échanges professionnels entre les salariés en :
– créant les conditions de bien-être entre les salariés
– favorisant les collaborations productives entre eux
– modifiant les liens hiérarchiques classiques

management collaboratif

Dynamiques du management collaboratif

Les quatre C (choix, confiance, coopération et convivialité) constituent les dynamique du management collaboratif. Elle permettent l’implication et la coresponsabilité professionnelle des salariés à travers notamment le développement du bien-être et de la confiance.

Bibliographie ” management collaboratif “

Adiyaman, S., Schmalstieg, M., & Dall’Omo, O. (2017). Faire: Comment réaliser des innovations de façon collaborative. S.l.: Greyscale Press.
Aytaç, B., & Mandou, C. (2018). Un management heureux… et performant !: Le management 3.0 en pratique. De Boeck Supérieur.
Beligond, A. (2018). Les clés du management intergénérationnel: En mode… collaboratif (1ʳᵉ éd.). Afnor.
Benedik, M. (2018). Bâtissez une organisation collaborative. Pearson.
Carlier, A. (2016). Management des projets collaboratifs: Construire, développer, mettre en ½uvre. (1ʳᵉ éd.). La Plaine Saint-Denis: Afnor.
Darrieumerlou, S., & Jaspard-Darrieumerlou, L. (2018). Osez la transformation permanente: Comment réinventer l’EnTrePrise. Independently published.
Debaecker, D. (2004). PLM, la gestion collaborative du cycle de vie des produits. Paris: Hermes Science Publications.
Droulez, C. (2013). Management + innovation, collaboratif: les conditions de l’engagement. Towards conseil.
Duthoit, A. (2015). Petit manuel d’économie collaborative: à l’usage des entreprises. Editions Eyrolles.
Duval, M., & Speidel, K.-P. (2014). Open innovation: Développez une culture ouverte et collaborative pour mieux innover. Paris: Dunod.
Edo’o, M. W. R. M. (2015). Ingénierie pédagogique collaborative : modèle opale de ScenariChain en mode serveur (Large Print). CreateSpace Independent Publishing Platform.
Font, F., & Grua, H. (2018). Lean Construction – Optimiser coûts, qualité, sécurité et délais en mode collaboratif. Dunod.
Guillain, J.-Y., jeux, F. des, & Autissier, D. (2017). La parole libérée en entreprise: Les innovations managériales collaboratives de la FDJ (1ʳᵉ éd.). Eyrolles.
Harlez, R. de, Cadiat, A.-C., & 50Minutes.fr. (2015). Le management par objectifs: Maximiser les performances de votre équipe. Bruxelles: 50Minutes.fr.
Harlez, R. de, minutes, 50, & Cadiat, A.-C. (2014). Le management par objectifs de Peter Drucker: Comment fixer des objectifs pour booster la productivité ? 50 Minutes.
Jaouen, A., & Roy, F. L. (2013). L’innovation managériale: Comptabilité Finance Marketing Contrôle Stratégie Management SI Production Entrepreneuriat RSE. Dunod.
Levan, S. (2016). Management et collaboration BIM: Management, organisation, processus et travail collaboratif en mode projet BIM (1ʳᵉ éd.). Eyrolles.
Levan, S. K. (2016). Management et collaboration BIM: Management, organisation, processus et travail collaboratif en mode projet BIM. Editions Eyrolles.
Novel, A.-S., & Riot, S. (2012). Vive la corévolution ! Alternatives éditions.
opérationnelle, C. E. I. managériale et E., Moutot, J.-M., Johnson, K., & Autissier, D. (2018). L’innovation managériale: Design thinking, réseaux apprenants, entreprise libérante, intelligence collective, modes collaboratifs; ateliers … cabinet, hackathon, junior entrepreneur… (1ʳᵉ éd.). Eyrolles.
Pennel, D. (2013). Travailler pour soi. Quel avenir pour le travail à l’heure de la révolution individualiste ?: Quel avenir pour le travail à l’heure de la révolution individualiste ? Le Seuil.
Philippart, M., Poissonnier, H., Kourim, N., Volot, J.-C., & Quentin, F. (2012). Les achats collaboratifs : Pourquoi et comment collaborer avec vos fournisseurs. De Boeck.
Poupard, J.-P. (2018). Devenir facilitateur : Professionnaliser ses pratiques collaboratives en entreprise. 1Min30 Publishing.
Raveleau, B., & Hassel, F. B. (2016). Gérer la vulnérabilité et la résilience en milieu professionnel: Un défi à relever ? Editions L’Harmattan.
Responsabilite et Innovation dans le Service Public. (s. d.). ESSEC Publishing.
Rouet, G., & Côme, T. (2015). Innovations managériales. Editions L’Harmattan.
Saget, M. L. (2013). Le manager intuitif – 3e éd. – Vers l’entreprise collaborative (3e édition). Paris: Dunod.
Tissier, D. (2018). Management situationnel: Vers l’autonomie et la responsabilisation. Editions Eyrolles.
Zara, O. (2008). Le management de l’intelligence collective: vers une nouvelle gouvernance. M21 Editions.

Lire aussi ” Travail collaboratif“.

Economie collaborative

1. Définitions de l’économie collaborative

L’économie collaborative (en anglais sharing economy) est une expression née dans les années 2000 aux Etats-Unis. Elle désigne à la base la mise en relation numérique, rendue possible avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication, de demandeurs avec d’offreurs autour de prestations, services, biens, produits…etc. Elle “repose sur un recours plus massif aux échanges d’actifs (prêt, emprunt, location, partage, vente, achat), ou de services entre particuliers, grâce aux nouvelles technologies, dans le but de satisfaire un besoin spécifique et ponctuel” (Jourdain et al., 2016, p. 19).

L’économie collaborative ou l’économie de partage est “un système économique de réseaux et de marketplaces décentralisés qui exploitent les actifs sous-exploités en permettant la rencontre entre offre et demande en contournant l’intermédiaire” selon Botsman (Jourdain et al., 2016, p. 21).

Le concept d’économie collaborative est aujourd’hui très utilisé et répandu dans la littérature. Ci-dessous quelques livres qui traitent substantiellement du sujet. Vous pouvez consulter gratuitement certaines pages (choisies aléatoirement par la plateforme) de certains livres en cliquant sur ce lien de Google Books.

2. Exemples et modèles commerciaux

Un des exemples les plus cités : BlablaCar. Ce leader mondial est une plateforme communautaire de covoiturage de la société Comuto. Elle compte aujourd’hui plus de 20 millions d’utilisateurs. Cette société a expérimenté plusieurs business model comme l’explique Frédéric Mazzella dans “Inspirez-vous de l’économie collaborative pour réussir”. Parmi ces modèles économiques :

  • Vente de plateforme de covoiturage aux entreprises et collectivités locales.
  • Service premium : options et services additionnels payants (alertes SMS, mise en avant des annonces…)
  • Publicité
  • Pont téléphonique : appels payants
  • Agenda d’événements : création de pages d’annonce d’événements sur la plateforme

Références bibliographiques

  • Bauwens, Michel, et Vasilis Kostakis. Manifeste pour une véritable économie collaborative: Vers une société des communs. ECLM, 2017.
  • Charlot, Christophe. UberizeME: l’économie collaborative – entre promesses et mensonges. Lannoo Meulenhoff – Belgium, 2016.
  • Aspects juridiques de l’économie collaborative: Cadre juridique d’un phénomène sociétal large. Anthemis, 2018.
  • Decrop, Alain. La consommation collaborative: Enjeux et défis de la nouvelle société du partage. De Boeck Superieur, 2017.
  • Duthoit, Aurélie. Petit manuel d’économie collaborative: à l’usage des entreprises. Editions Eyrolles, 2015.
  • Olivier Colin (conseiller, Corentin de Salle, et Amaury de Saint-Martin. Libérer le potentiel de l’économie-collaborative. Les éditions du CEP, 2016.
  • La Documentation française. Problèmes économiques, n°3128 : Economie-collaborative, une révolution ? La Documentation française, 2016.
  • Jourdain, Loïc, Michel Leclerc, et Arthur Millerand. Économie-collaborative : les clés pour comprendre Prix régulier. FYP editions, 2017.
  • Lietaert, Matthieu, Sophie Rabhi-Bouquet, et Michel Bauwens. Homo cooperans 2.0 : Comment l’économie-collaborative peut nous sortir de là ! Mons: Editions Couleur livres asbl, 2015.
  • Morlighem, Antoine. Economie-collaborative : le nouvel art des co: covoiturage, crowdfunding, amap, fablabs… comment et pourquoi vous y viendrez. 1re éd. Paris (7 rue keller 75011 Paris]): Décisions durables, 2014.
  • Novel, Anne-Sophie. La vie share : mode d’emploi: Consommation, partage et modes de vie collaboratifs. Paris: Alternatives, 2013.
  • Particulier, Collectif Le. Economie-collaborative : consommez malin. 1re éd. Le Particulier Editions, 2018.
  • Pivot, Antoine, Frédéric Mazzella, et Gaëtan de Sainte Marie. Ensemble, on va plus loin : Inspirez-vous de l’économie-collaborative pour réussir: Dinosaures ou fourmis : quel destin choisit la France ? Alisio, 2016.
  • Rifkin, Jeremy, Françoise Chemla, et Paul Chemla. La nouvelle société du coût marginal zéro : L’internet des objets, l’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme. Arles (Bouches-du-Rhône): Babel, 2016.
  • Sattouf Hichem, et Lyes Bouchene. Mise en oeuvre des business modèles de l’économie-collaborative : Étude du secteur du transport de particuliers Trois cas d’entreprise. Editions universitaires européennes EUE, 2016.
  • Share, Made in. Consommation Collaborative, Le Guide. Create Space Independent Publishing Platform, 2016.
  • Slim, Prieto. Idées reçues sur l’économie collaborative. Editions Le Cavalier Bleu, 2018.
  • Teller Marina, et Irina Parachkevova. Quelles régulations pour l’économie-collaborative ? – Nouveauté : Un défi pour le droit économique. Dalloz, 2018.
  • Travaillot, Marine. Le droit face au défi de l’économie collaborative. Dictus, 2018.

Voir aussi l’article sur le management collaboratif